« Les Demoiselles du Design » chez Général Motors

Après la deuxième guerre mondiale, les femmes jouent un plus grand rôle dans les métiers de l’automobile. Dans les années 50, elles vont commencer à participer et à créer le design de l’intérieur et l’extérieur des voitures. Elles seront douze à être surnommé  » Les Demoiselles du Design ». Malgré le fait qu’elles n’aiment pas ce nom de « demoiselles », qui semble les discrédités dans leur travail, elles vont être publiquement reconnues pour leurs designs. On retrouvera souvent les noms de Gere Kavanaugh, Jeannette Linder, peggy Sauer et Suzanne Vanderbilt. 

"Les Demoiselles du Design" chez Général Motors

Certaines d’entre elles ont commencé à travailler sur un design destiné à des expositions connu sous le nom de « GM’s Design », proposant de nouvelles voitures et des innovations intéressantes. Avec la corvette, elles ont introduit la première ceinture rétractable, la boîte à gants et le principe de miroir qui s’éclaire. Des innovations qui vont rester dans les normes de la production de GM. Elles ont aussi conçu d’autres innovations un peu moins sérieuses comme des rangements à pique-nique, parapluie ou encore des tableaux de bord situés à l’arrière pour les enfants.

Peu d’entre elles resteront dans le design automobiles à partir des années 60, mais l’une d’entre elles, Suzannes Vanderbilt restera à General Mortors où elle continuera à faire des présentations d’innovations ; comme un téléphone fonctionnel intégré à la voiture.

Dans les années 70 il restera à GM seulement 6 femmes qui continueront à travailler dans le design et ce dans des studios de design différents. Malgré des conditions difficiles elles essayeront jusqu’au bout de défendre leur design comme des innovations pour tout le monde et pas seulement pour les femmes.

Émilie Dacosta, étudiante de l’Institut D.